Le magazine digital de Béatrice Chakra

Dans l’intimité de Charles Aznavour

Dans l’intimité de Charles Aznavour

Juin 2, 2019

Au château de la Buzine, une exposition présente des objets ayant appartenu au chanteur et provenant de sa maison de Mouriès. L’homme et l’artiste restitués par des documents personnels. Emouvant !

Toujours là. Présent. A jamais dans nos souvenirs. Avec Charles Aznavour, il en va de la popularité comme de la fidélité, avec laquelle il a partie liée.  Il est là, avec nous, cet homme aux multiples facettes, chanteur, acteur, compositeur, mêlant tous les genres dans le sens de l’art moderne, qui non seulement joue avec les mots et leur musique, mais vit tel que doit vivre un citoyen du monde, dans la curiosité des êtres et des choses, avec l’imagination au pouvoir et la faculté de s’y maintenir, homme de son temps et de tous les temps.

C’est cette image-là qui vient à l’esprit quand on arpente, au château de la Buzine, l’expo qui lui rend hommage et dont il avait validé l’idée avant sa mort, en octobre dernier, chez lui à Mouriès, dans sa 94e année. Oui, l’idée l’avait séduit d’être l’hôte du « Château de ma mère » : il admirait Pagnol, il l’a même célébré à travers « Je reviens Fanny », Pagnol identifié à Marseille dont il n’oubliait pas qu’elle avait accueilli les survivants du génocide arménien. « Marseille, disait-il, a été la première ville à fêter ma voix rouillée, mes chansons swingantes, mon physique que l’on prétendait ingrat et ma gestuelle. »

                                               Marseille mes amours

Son arménité était en totale adéquation avec cette cité à laquelle il a d’ailleurs consacré un titre, « Allez vaï Marseille ! » :

« J’ai trouvé mon chemin

Marseille mes amours

Un peu tendre un peu brute

Tu as pétri nos jours

Et chassé mes complexes. »

Moins de 80 kms séparent le château de la Buzine de la maison de Mouriès où le Grand Charles, depuis 30 ans, venait se ressourcer après ses concerts. Au milieu de ses oliviers, respecté des habitants, il y menait une vie discrète, tranquille, entouré de ses objets familiers aujourd’hui exposés – en accord avec la famille Aznavour – au château de la Buzine : mobilier, trophées, veste de scène, stylo, documents personnels, vidéos, affiches, disques, etc. Des objets et accessoires que la postérité érige en reliques tant ils évoquent en la restituant dans son intimité, l’attachante personnalité de l’interprète des chansons qui ont fait mille fois le tour du monde.

Et très intelligemment, l’expo lui laisse la parole pour se raconter, ses amis, ses amours et ses emmerdes, à travers ses écrits et interviews, Aznavour par lui-même, si l’on peut dire, et l’artiste photographié sous tous les angles, florilège d’images choisies parmi des milliers. « Mon souhait pour l’avenir, confessait-il, c’est d’y être présent. » On ira donc à sa rencontre en fredonnant – et pourquoi pas ? – emmenez-moi au château de la Buzine…

 

Crédits Photos : Sophie Vernet Photographe.

 

az az2 az3 az4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *