Le magazine digital de Béatrice Chakra

Parfums de Musique, 3 journées de musique du Monde

Parfums de Musique, 3 journées de musique du Monde

Avr 12, 2018

Au moment où l’on s’apprête à accomplir un nouveau voyage musical, pourquoi ne pas simplement repartir du point où l’on était précédemment arrivé ?

Au fil des ans, quelques escales  avaient déjà permis de rendre hommage au riche patrimoine culturel des Antilles : Haïti, Bahamas, Trinidad, puis une journée entière consacrée à la Guadeloupe pour clôturer l’édition 2017.

C’est donc logiquement des Antilles que Parfums de Musique embarquera en 2018, en ouvrant la première journée du Festival aux sons et rythmes de Cuba !

Samedi 19 mai rendez-vous dans les ruelles de la Vieille Havane pour une balade avec le contrebassiste Felipe Cabrera, dont le dernier projet nous plonge dans la chaude ambiance des jam-sessions ou « descargas » cubaines des années 50, au moment où les musiciens locaux se sont mesurés au jazz américain. Puis nous pousserons la porte d’une « Casa de la Musica » pour nous laisser emporter par la « Salsa dura » de Mercadonegro, groupe qui fait le lien entre les différentes origines du genre et qui a vu le jour pour accompagner les tournées européennes de la légendaire Célia Cruz.

Dimanche 20 mai retour en Europe pour célébrer avec deux artistes très singuliers cette merveilleuse musique de voyages et d’exils, « ce chant profond du manque » qu’est le fado. Reconnu à ses débuts par le Prix de la Fondation Amalia Rodrigues, Duarte chante le fado traditionnel avec une puissance d’interprétation rare tout en se distinguant par des compositions originales. Quant à Noëmi Waysfeld, elle réalise avec l’album « Alfama » son rêve de rapprocher le fado portugais des traditions juives d’Europe centrale, en se le réappropriant dans sa langue émotionnelle qu’est le yiddish.

Lundi 21 mai, cap vers les Orients, Moyen et Extrême, pour mettre à l’honneur des cultures prolifiques mais encore souvent méconnues. La musique et les danses du groupe mongole Egschiglen, s’appuyant sur un instrumentarium unique et les techniques vocales vertigineuses du chant diphonique, dénotent la grande proximité de ce peuple nomade avec la nature. Enfin, on pourra découvrir toute la magnificence de la musique kurde, portée par le groupe Nishtiman qui fédère des musiciens venus d’Iran, d’Irak et de Turquie.

A travers la diversité des musiques visitées au cours de ce voyage, le festival Parfums de Musiques apporte la démonstration qu’au delà des frontières terrestres et des murs qui se dressent, les cultures des peuples se sont toujours nourries de nomadisme et de rencontres.

Crédit photo : Parfums de Musique.

qtvp_AFFICHEPDM20182--8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *