Le magazine digital de Béatrice Chakra

Street Art Galerie, l’Art urbain de Caroline Pozzo di Borgo

Street Art Galerie,  l’Art urbain de Caroline Pozzo di Borgo

Fév 14, 2017

C’est nichée au cœur de la Préfecture de la Cité Phocéenne dans un somptueux appartement -galerie, qu’elle me  fait découvrir les monts et merveilles artistiques de Street Art Galerie qui regorgent dans chaque pièce…Rencontre avec Caroline Pozzo di Borgo, quadra amoureuse d’Art …

Collectionneurs d’art contemporain, c’est avec son mari, Stéphane Miquel, que Caroline Pozzo di Borgo quitte Paris et vient s’installer dans la Cité Phocéenne à la venue de leur second enfant.  Cette quadra, originaire de Nice est une passionnée d’Histoire et d’Art et étudie l’Histoire de l’Art New-Yorkais (Art américain) pendant quelques années.

En 2014, Street Art Galerie voit le jour chez ce couple de collectionneurs. Mais, ce n’est uniquement au travers du site internet éponyme –  tel une plateforme de commerce en ligne – que la rencontre avec des artistes à lieu. Toujours en mouvement et suivant les tendances de l’ère du temps,  Caroline s’initie aux réseaux sociaux afin de faire connaître Street Art Galerie. Les comptes-pages naissent sur la Toile (Facebook, Twitter, Instagram,etc…) et face à la puissance des connexions des adeptes d’art, le Street Art se place à la quatrième position en Europe face aux autres dérivés d’Art.

Spécialiste dans le Graffiti des années 80/90, Street Art Galerie propose aux collectionneurs des œuvres d’artistes – permanents ou invités – de renommée internationale tels que le sont Rammellzee, Futura, Lee Quinones, Blade, A.One, Cope 2, Shepard Fairez, Sonic Bad, etc..; toutes sont authentiques et sélectionnées avec le plus grand soin.

Mais Street Art Galerie sait remarquablement attirer le regard… Un regard encore plus posé par ses collectionneurs les plus fidèles et expérimentés en la matière artistique à ceux les plus récents et dont la sensibilité rime avec envie .. Pour les satisfaire, Caroline Pozzo di Borgo et Stéphane Miquel ont crée, en 2016, un service unique d’Art Conciergerie. Un catalogue exclusif réservés aux collectionneurs mais avec un service de recherche sur l’Art ( recherche d’une œuvre d’hier ou plus récente issue du monde de l’Art moderne ou contemporain).

A découvrir de toute urgence ! http://www.streetartgalerie.com/

 

Crédits Photos et légendes :

(1) Rammellzee : légende du graffiti americain (américain, né en 1960 dans le Queens – décédé le 27 juin 2010), graffeur, écrivain, musician hip hop, artiste performeur et théoricien de l’art est connu ses tags au « style sauvage » dans le quartier d’East Village à New York. Ce style, créé par un groupe d’artistes dans les années 1980, se distingue par son écriture illisible dérivée de caractères gothiques, son look dynamique et ses couleurs vives. 

Au cours de sa vie, Rammellzee expose aux côtés d’artistes tels que Jean-Michel Basquiat (américain, 1960-1988), Futura 2000 (Lenny McGurr)(américain, né en 1955), Keith Haring (américain, 1958-1990) et LA II (Angel Ortiz) (américain, né en 1967). Rammellzee s’éteint dans le Queens dans l’État de New York en 2010. Ses œuvres font partie de la collection permanente du musée d’art contemporain de Los Angeles en Californie.

(2) AONE : légende du graffiti americain

A-One est né en 1964 aux États-Unis et mort en 2001 en France. Anthony Clark, s’adonne au graffiti dans les rues de New York, dès l’âge de six ans. Ses parents, découvrant un talent certain chez leur fils, veulent le placer dans une école spécialisée mais il préfère continuer à se former dans la rue. Dès l’âge de 13 ans il peint les murs et les trains de la ville de New York avec ses amis Kool Koor et Toxic membres comme lui du crew T.M.K (Tag Master Killers).

En 1982, il participe aux côtés de Crash, Daze 8 et Freedom, à l’exposition South Bronx Show organisée par la galerie Fashion Moda et en 1984, il participe à la Biennale de Venise où il est le plus jeune artiste à être exposé. De 1982 à 2001, il expose au moins une fois par an. 

En 1995, lors de la tournée française des Rolling Stones, il a été choisi avec El1O, Futura 2000, JonOne, JayOne, Mode2 et Sharp pour interpréter plastiquement la musique de ce groupe pour une exposition itinérante. Sa dernière apparition en France eut lieu à la galerie du Jour, à Paris en octobre 2001, aux côtés de Ash, André, Fafi, Gemeqs, Jayone et Futura 2000.

Admiré, respecté et considéré comme un artiste capital dans l’art du graffiti, il a énormément contribué au développement de l’« expressionnisme aérosol »Son travail reflète la recherche d’une symbiose entre la culture américaine et celle de ses origines africaines. Il combat la  grande Babylone prône l’unité, exalte ses racines africaines et retrace la mythologie de la rue, le tout parsemé de résonances musicales dans une atmosphère mystique et spirituelle aux penchants  rastafariens. 

Il a apporté une forme de  transculturalisme sans partage, tout comme Jean-Michel Basquiat qui fut son ami et son conseiller.

(3) KONGO : artiste français majeur

Kongo est un artiste graffiti français né en 1969 à Toulouse d’une mère française et d’un père vietnamien. En 1975, après la chute de Saigon, il est confié à deux yougoslaves pour passer la frontière. De 14 à 18 ans, il vit avec sa mère à Brazzaville, en République du Congo. C’est pendant cet exil qu’il découvre sur des photos prises par ses copains de collège partis en vacances aux USA, les graffitis américains. Il se baptise alors Kongo.

Acteur mondialement reconnu dans l’univers du graffiti et du street art, KONGO est de retour en France après trois ans d’expositions personnelles en Asie (Singapour, Jakarta, Shanghai, Hong-Kong…). Artiste de la rue, autodidacte, KONGO s’est d’abord fait connaître en tant que tagueur et graffeur sur la scène urbaine parisienne, européenne puis internationale. S’il est, dans un premier temps, essentiellement reconnu comme artiste graffeur, sa maitrise de la discipline et son appartenance au collectif mythique M.A.C en font l’un des représentants majeurs de la scéne graffiti française ; il a su faire évoluer sa pratique vers une véritable maturité artistique. La sophistication de son écriture artistique a été remarquée par plusieurs grands acteurs du luxe comme la maison Hermès.

Il  expose ses œuvres aux quatre coins du monde : New-york, Paris, Tokyo, Brugges, Amsterdam, Berlin, Londres, Hong-Kong, Jakarta, Libreville, New-York, Barcelonne, etc.

(4) COPE2 : artiste americain, pionnier du graffiti old school new-yorkais

Cope 2 est un des plus important artiste issu du mouvement Graffiti. À New York, son leg créatif n’en finit pas d’influencer les jeunes générations. Lorsqu’il débute en 1978, Fernando Carlo AKA Cope 2 est comme tous les gamins de sa bande : il souhaite s’exprimer et se faire remarquer par ses pairs. La petite troupe graphite ses noms respectifs sur les métros et les murs de leur quartier. Très vite, il s’impose comme le  » King de la ligne 4 « , celui qui y peint le plus, et le mieux. Très actif dans les années 1980 – 1990, Cope 2 est reconnu par tous comme l’ambassadeur définitif du graffiti à New York. 

Ses nombreuses collaborations avec d’autres artistes (Shepard Fairey, Retna, Kenny Scharf …) montrent à quel point ses pairs l’admirent et le respectent. Quant à son travail d’atelier, il lui permet d’intégrer de grandes collections depuis de nombreuses années.

 

Cpozzodiborgo 3Cpozzodiborgo a1Cpozzodiborgo KONGOCpozzodinorgo4

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *